DES CANNES BLANCHES POUR LES AVEUGLES ET MALVOYANTS HAÏTIENS AFIN DE LEUR FACILITER UNE VIE PLUS AUTONOME, PLUS ACTIVE ET PLUS LIBRE

Selon les statistiques, Haïti compte près de 80000 personnes non-voyantes qui requièrent à la fois des soins et des services dans le domaine de l’adaptation et de la réintégration sociale.

En Haïti, la canne blanche est d’une grande utilité à la campagne et dans les villes de province, souligne la SHAA. Cependant, à Port-au-Prince on l’utilise aussi mais avec prudence car il y a trop de véhicules, trop d’égouts à ciel ouvert et les trottoirs sont surchargés et ne sont pas uniformes.

Pour le 65e anniversaire de la SHAA célébré en 2017, l’AAAHQ projette donc, dans le cadre d’une première campagne de la canne blanche en Haïti, de commencer à fournir à compter du 15 octobre 2018 des cannes blanches à nos compatriotes haïtiens aveugles et malvoyants afin de leur faciliter une vie plus autonome, plus active et plus libre.

Le but premier de la campagne est de sensibiliser la population haïtienne aux problèmes que rencontrent les malvoyants dans leur vie quotidienne. De plus, des manifestations célébrant la canne blanche et ses bienfaits pour l’autonomie des déficients visuels seront organisées annuellement la première semaine du mois de février et le 15 octobre sera la journée mondiale de la canne blanche.

Aussi, à l’ occasion des activités de commémoration du 31 mai (journée caribéenne des aveugles), lors de la remise du prix Kéthia Altémany Sorel du meilleur élève non voyant de l’année, activité de commémora-tion du 3 décembre (Journée internationale des personnes handicapées), intervention dans les églises, dans les écoles etc.

Traditionnellement, la canne blanche, qu’utilisent certains déficients visuels (aveugles et malvoyants), demeure le meilleur moyen pour eux de se repérer dans leur environnement spatial et facilite leur locomo-tion en les aidant à éviter les obstacles. La canne blanche est universellement reconnue comme un symbole de la cécité. Elle permet à ceux qui s’en servent d’indiquer leur handicap et aux autres personnes, d’être plus vigilantes à leur égard.

Néanmoins, une réglementation entourant l’usage de la canne blanche requiert l’implication du Secrétari-at d’État à l’Intégration des personnes handicapées, de la Société Haïtienne d’Aide aux Aveugles et des autorités gouvernementales compétentes.

La distribution des cannes

La distribution des cannes se fera par le biais d’instructeurs en réadaptation qui effectuent un travail d’éducation ou de rééducation des aveugles et des malvoyants. La SHAA en dispose de onze répartis dans 8 des 10 départements du pays. Ils sont tenus de travailler chaque année avec un effectif variant entre 40 et 50 déficients visuels.

La distribution se fera également au bureau central à Port-au-Prince et dans les bureaux et comités régionaux. La première canne remise est absolument gratuite mais à partir de la deuxième, il y a une contribution à verser qui varie entre 25 et 50 gourdes (1 dollars américains = 63 gourdes).

 

Campagne de financement

Fermer le menu